Une réelle course en avant de la réduction de la consommation des avions est en marche. Cette réduction est tirée par plusieurs facteurs, dont les compagnies aériennes qui souhaitent réduire leur plus gros poste de dépenses, permettant aux passagers de ne pas trop souffrir des mouvements de yoyo des prix du pétrole. L’autre aspect qui guide cette recherche est l’accroissement de la réglementation environnementale, conduisant les constructeurs d’avions à utiliser des matériaux plus légers et moins polluants.

Et les résultats sont là. En 1986, il fallait 46 gallons de kero pour faire voler un passager sur 1000 miles. Aujourd’hui, il n’en faut plus que 22. Et l’objectif est de passer sous la barre des 18 gallons d’ici à 10 ans. Et il y a urgence pour atteindre ses objectifs car les compagnies aériennes souffrent terriblement des prix du pétrole. En 2011, les compagnies américaines ont perdu 1 milliard de USD sur le premier trimestre, à cause d’une hausse de 24% des prix du pétrole. Et la règlementation drastique de l’Union Européenne sur les émissions de carbone devrait ajouter un coût de 3.3 milliards de USD.

airbus a350

Ce sont ces enjeux qui poussent les constructeurs d’avions et de moteurs vers une course effrénée vers la réduction de la consommation et des émissions de carbone. Ceci passe par la réduction du poids des avions. Boeing sort le 787 Dreamliner et l’A350 devrait sortir également des planches à dessins. Ces avions en matériaux composites pèsent 20% de moins que les avions en alliage d’aluminium.

Mais la vraie révolution vient des moteurs. Pratt & Whitney et CFM (GE + Safran) sortent un moteur qui réduit la consommation de 15%. Ce moteur est désigné pour les avions à une allée centrale, ce qui représente 22.000 avions dans le monde. Ce moteur devrait permettre d’économiser 1Mio de USD par an et par avion. Airbus développe notamment l’A320 Néo sur cette combinaison.

Les autres méthodes qui permettraient de réduire la consommation de fuel sont notamment le développement d’un control aérien satellite qui permettrait aux avions de ne plus zigzaguer entre les points et donc d’optimiser les routes. Cela permettrait de réduire la consommation de 12%. Les avancées aérodynamiques des avions permettent également de réduire la consommation, telles que les « winglets » aposées au bout des ailes. Réduire le poids dans les avions est également une piste, comme remplacer les charriots de restauration par des plus légers, remplacer les sièges par des nouveaux en matériaux plus légers… Chaque réduction de 1 pound de poids permet de sauver 30 gallons de fuel par an.

b787 dreamliner

La réduction de la consommation de fuel pour les avions est donc une lutte engagée entre tous les acteurs du secteur. Mais la logique est simple, s’ils ne le font pas, ils périront.

Comments are closed.