Le Congrès Américain n’a pas soulevé d’objections à la vente de drones US Reaper à la France. Cela laisse donc la porte bien ouverte pour l’achat de ces engins. L’Agence de coopération pour la sécurité de la Défense, qui supervise les ventes militaires à l’étranger, avait notifié le Congrès le 27 Juin du contrat proposé, et les législateurs exprimé aucune opposition lors d’une période d’examen de 15 jours. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait annoncé le 11 Juin l’intention d’acheter 12 avions Reaper des États-Unis, un achat d’une valeur d’environ 874 millions de dollars, soit 670 millions d’euros. Cette décision d’achat provient notamment des constatations issues des interventions militaires menées par la France. La guerre menée par l’OTAN en Libye en 2011 et l’intervention militaire française au Mali cette année ont mis en évidence la pénurie en France de drones de surveillance, qui ont transformé la guerre dans la dernière décennie depuis son introduction sur une grande échelle dans les guerres américaines en Irak et Afghanistan. Pour justifier la vente, l’agence a dit qu’il est « vital pour l’intérêt national américain pour aider la France à développer et maintenir une capacité d’auto-défense forte et prête » et que les drones pourraient renforcer l’intelligence et la capacité de surveillance de la France tout en assurant américain et les forces françaises peuvent fonctionner conjointement. Les Etats-Unis ont même anticiper une commande future pour un total de 16 drônes et un coût de 1.5 milliards de dollars. Et quand on dit que les caisses de l’Etats sont vides…

Comments are closed.