Le Canada achète des avions de chasse

Posted: 14th décembre 2017 by admin in News

Le gouvernement canadien met ses menaces envers le constructeur américain Boeing à exécution. Ottawa a confirmé mardi l’achat de 18 F-18 d’occasion de l’Australie au coût de 500 millions de dollars ainsi que la relance d’un appel d’offres pour l’achat de 88 chasseurs neufs. Ces derniers devront être livrés d’ici 2025. Après une plainte de Boeing, le département américain du Commerce avait imposé cet automne des tarifs punitifs de 300 % aux avions de la C Series de Bombardier. « [Boeing] ne devrait pas s’attendre à ce qu’on leur achète des avions s’ils attaquent Bombardier », avait alors soutenu le premier ministre Justin Trudeau. Ainsi, les appareils australiens serviront de chasseurs de transition en attendant l’achat des avions neufs, mais aussi de réserve de pièces pour réparer les vieux CF-18 canadiens. Ils permettront également à l’aviation canadienne de remplir ses engagements envers l’OTAN et le NORAD. « Nous avons besoin de ces avions de chasse de toute urgence, ils nous aideront à combler une lacune pour un bon moment », a déclaré le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan. Les alliances du NORAD et de l’OTAN forcent le Canada à détenir un certain nombre de chasseurs prêts à décoller en tout temps. Les avions canadiens, c’est-à-dire les 80 CF-18, sur un total de 138, qui sont toujours en service, peuvent voler jusqu’en 2025, selon l’aviation canadienne. Les premiers appareils australiens, des Hornet « Classiques », devraient commencer à arriver au Canada en janvier 2019, selon les premières estimations. Les États-Unis devront toutefois avaliser la transaction, puisque le manufacturier original de ces avions est américain. Les appareils australiens ont près de trois décennies, soit à peu près le même âge que les avions canadiens. Ils ont également la même configuration de base. Ils sont toutefois proches de la « fin de leur vie utile », selon le gouvernement qui souligne que les chasseurs auront besoin d’un « entretien régulier contre la corrosion ». En octobre dernier, des experts de la défense australienne ont déclaré à CBC que le pays avait peu d’acheteurs pour ses chasseurs d’occasion et que la vente au Canada s’avérait plus facile que la plupart des autres propositions. Ils estiment notamment que le Pentagone n’exigera pas que toute la technologie sensible soit retirée de l’avion. Source: Dans les airs

Comments are closed.