Le Périgord vu du ciel

Posted: 3rd février 2015 by admin in News
Tags: ,

A la fin de la saison des vols en montgolfières l’année dernière, je suis monté à bord de l’une d’elles pour découvrir le Périgord sous un jour nouveau. Et c’est du haut de mon balcon d’osier, dans la chaude lumière dorée d’un coucher de soleil, que j’ai pu redécouvrir ses fabuleux châteaux, oeuvres de mort d’une fascinante beauté. Si je n’ai pas pris le temps de vous les présenter ici, je profite d’un moment de calme dans mon existence pour rattraper cette erreur. Préparez-vous, ami lecteur : car voici, rien que pour vous, un défilé des châteaux du Périgord !
Ils sont là, immobiles ! Ils veillent depuis des siècles. Jadis ils surveillaient les alentours, protégeaient les habitants les plus proches et empêchaient normalement les vols, les pillages, les sacs. Toujours installés en des lieux stratégiques, ces châteaux du Périgord étaient de véritables chevaliers de pierre ! Ils sont devenus de nos jours de magnifiques conteurs d’histoires, car ils en ont vu, des événements, et puis surtout ils en font rêver, des promeneurs et des randonneurs…
Parmi ces géants, voici le château de Fayrac ; il fait presque face à celui de Beynac et il est voisin de celui de Castelnaud. Fayrac est installé au pied d’une colline, il semble en protéger les flancs. D’ailleurs, le mot « protection » est à utiliser partout dans ce château dont le coeur, c’est-à-dire la cour intérieur, le donjon et le logis où habitaient les propriétaires, était parfaitement isolé de l’extérieur par de hauts murs. On y trouve deux enceintes qui forment une véritable carapace infranchissable et indestructible. Une fois à l’intérieur du château de Fayrac, l’isolement était absolument total.
Tout près de ce château, installé à flanc de coteau et parfaitement situé entre la route et la Dordogne, voici Castelnaud. Hélas pour lui, le temps qui passe lui a fait plus de mal que de bien, laissant d’importantes blessures. Mais son imposante structure reste une preuve flagrante de son rôle au cours des siècles. Tantôt anglais, tantôt français durant la guerre de Cent Ans, il avait déjà résisté aux assauts des troupes de Simon de Montfort venu mener la croisade contre les Albigeois. Et il résistera encore lors des guerres de Religion.
Démantelé, pour ne pas dire détruit, sur ordre du roi Charles VII, le château de Castelnaud fut reconstruit, puis il fut de nouveau pillé, servant même de carrière de pierre pour d’autres bâtisseurs de la région…
Enfin, voici les restes du château de Commarque installé, lui, dans la vallée des Beunes. Ces Beunes sont en fait deux cours d’eau : la Petite et la Grande Beune. Ce château, qui était également protégé par deux enceintes puissantes chargées d’isoler le donjon et la tour du reste du monde, paraît léger au coeur de ces forêts épaisses, de ces falaises vertigineuses et de ce ciel changeant.
Si les vols en montgolfière doivent être fascinants à réaliser, et ce quel que soit l’endroit, je ne peux imaginer plus bel endroit pour découvrir la terre du ciel. Suivez le lien pour en savoir plus sur ce baptême en montgolfière.

Comments are closed.