Les pilotes doivent parler anglais

Posted: 6th avril 2017 by admin in News

Un manque de connaissance de la langue anglaise de la part des pilotes étrangers est susceptible de provoquer des problèmes de communication et de mener par conséquent à des catastrophes aériennes dans l’espace aérien britannique, met en garde un rapport de la Civil Aviation Authority, organisme public qui supervise et réglemente tous les aspects de l’aviation civile au Royaume-Uni. Sur une période de 18 mois, la CAA a recensé 267 incidents dans le ciel britannique dus à des problèmes de communication. Les difficultés langagières des pilotes ont mené à des incidents concernant l’altitude de l’avion, sa trajectoire, le choix de l’aéroport ou de la piste. Un pilote a même circulé sur une piste sans avoir été autorisé au préalable par contrôleur aérien. Selon ce rapport, plusieurs pilotes opérant dans l’espace aérien britannique semblent ne pas posséder une maîtrise minimale de l’anglais. Par ailleurs, on a également constaté de la tricherie durant des épreuves cruciales d’anglais. Des pilotes ont réussi à obtenir leurs certificats via des manœuvres de corruption. Il est aussi apparu que dans un pays, les pilotes étaient en mesure d’être certifiés anglophones après seulement 10 jours. Compétences Les chercheurs ont en outre témoigné de leurs inquiétudes quant au niveau d’anglais des contrôleurs aériens du Royaume-Uni, de France et d’Espagne. Ces contrôleurs sont censés s’adresser en anglais aux pilotes internationaux. L’anglais est la langue internationale de l’aviation civile. Les pilotes et les contrôleurs doivent posséder des compétences dans cette langue avant d’obtenir leur licence. Ce système est géré par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), organisation internationale dépendant des Nations Unies. Les pilotes doivent avoir des compétences linguistiques suffisantes pour mener une conversation claire et précise sur des questions relatives à l’aviation afin de pouvoir résoudre les malentendus et répondre à des situations imprévues. En Russie, en Chine et en Amérique du Sud, les pilotes locaux communiquent dans leur langue maternelle, ce qui peut engendrer des situations confuses avec d’autres membres de l’équipage en ce qui concerne les trajectoires et l’altitude de l’appareil.

Comments are closed.