Témoignage: quand on a peur en avion

Posted: 15th octobre 2015 by admin in News
Tags: ,

Voici le témoignage de Yann qui malheureusement a peur en avion – extrait pour mieux comprendre: Envoyez-moi aux Etats-Unis en bateau ou même à bicyclette, mais pitié : épargnez-moi d’y aller en avion. Le cerveau humain est une foutue énigme. Auparavant, prendre l’avion était quelque chose de simple, de naturel pour moi ; je ne songeais pas à tout ce qui était susceptible de partir en vrille durant le vol. Désormais, quand je suis contraint de prendre l’avion (ce que j’évite au maximum), je suis angoissé par toutes ces questions. A défaut de trouver une solution à cette peur, j’en suis venu comme beaucoup à prendre du Lexomil avant d’embarquer. Une façon comme une autre de m’apaiser. Comment j’ai pu en arriver là reste un foutu mystère. C’est arrivé comme ça, au fil de tous ces vols que je dois faire. Je me souviens qu’au début, ça allait encore. Puis ça a pris des proportions exagérées. J’ai commencé à avoir des sueurs froides rien qu’en réservant mon billet. Monter à bord est devenu une tâche de plus en plus pénible à chaque vol. Evidemment, je sais pertinemment que ce trouble n’est pas sensé. Mais me farcir de pensées rationnelles n’a pas le moindre effet. Lorsqu’un proche me dit que ça reste le moyen de transport le plus sûr, j’éprouve une soudaine envie de le secouer en lui parlant du nombre d’accidents aériens qui ont eu lieu cette année. Ca ne m’est d’aucune utilité, et ce d’autant plus qu’il s’agit d’une affirmation inexacte. Pour aboutir à un tel constat, les compagnies se servent du nombre de kilomètres réalisés par chaque type de transport et leur nombre d’accidents respectif. Sauf que ce ne sont pas ces variables-ci qu’il faut analyser, mais davantage le nombre d’accidents et le nombre de fois où l’on opte pour ce moyen de transport. Et l’avion devient ainsi plus dangereux que l’automobile : on est loin du « transport le plus sûr » ! Cette tirade qu’on rabâche mécaniquement, sans réfléchir, est donc totalement fallacieuse. Cela dit, je me suis décidé à m’attaquer à cette peur. Pour une raison pratico-pratique, en fait : si j’en arrive à ne plus pouvoir prendre l’avion, il ne fait pas un doute que je perdrai mon emploi. Mon employeur m’a déjà regardé bizarrement une paire de fois où j’essayais de m’esquiver pour ne pas être celui qui prendrait l’avion. Il est vraiment temps pour moi de surmonter cette phobie. Heureusement, j’ai découvert qu’il existe des sites dédiés à la peur en avion (source : agence incentive). Je me tâte même à suivre un stage conçu spécialement pour trouver une réponse à cette question. Je vous en dirai plus si je franchis le pas.

Comments are closed.